Merci la Mode !

Blog de la campagne "merci la mode !".
Pour une mode non violente, sans fourrure animale.
Une information équitable hors intérêts financiers.

contact : mercilamode2000@gmail.com
Notre site : http://mercilamode2000.wix.com/mercilamode

Fourrure : la dictature d’un choix de vie.

Depuis deux ans nous attirons l’attention du monde de la mode et du grand public sur l’utilisation de fourrure (véritable) dans les collections. Les implications écologiques et éthiques de ce que certains voudraient faire passer comme un choix de vie.

Porter de la fourrure est un choix personnel une dictature du luxe qui cause la souffrance et la mort de 75 millions d’animaux par an.

Nous avons été actifs ces derniers mois avec, en Septembre dernier, une campagne d’affichage à Monaco et à Paris accompagné d’un grand tractage pour informer le public. Quelques passages radio, la rédaction d’un manifeste et la mise en ligne d’une pétition (déjà 18 000 signataires !) ont également permis, avec l’action d’autres ONG, de relancer un juste débat.

image

image

Aujourd’hui des bonnes nouvelles ouvrent un nouvel espoir pour les animaux prisonniers des usines à fourrure :

Les animaux dits “à fourrure” vont peut être commencer à souffler un peu !

Des marques connues et reconnues annoncent l’arrêt de la fourrure dans leurs collections…La marque de prêt à porter haut de gamme ZAPA a annoncé il y a trois semaines son intention de ne plus utiliser de fourrure animale dans ses collections. Monsieur Salomon Cohen, Directeur de la marque, a déclaré être conscient du “massacre des animaux” qui a motivé sa décision.
La marque NEW LOOK de son côté a aussi pris des mesures éthiques et confirme arrêter son utilisation de laine angora à partir d’avril. Des mesures salutaires qui font écho à un vaste mouvement de contestation du retour de la fourrure dans les collections.

Lors des dernières collections des labels connus et reconnus ont utilisés des fourrures synthétiques de luxe sans pour autant causer de traumatisme particulier au monde de la mode …Calvin Klein, Tommy Hilfilger ou Felder & Felder, cette dernière marque ayant eu l’ingéniosité de créer de la fausse fourrure à base de lanières d’organza finement découpées et d’extensions capillaires.

image

Un bilan éthique positif et aussi une belle action écologique, puisqu’on le sait désormais : une manteau en fourrure synthétique est 5 fois moins polluant que le même manteau en vison véritable...En cause le poids colossal des élevages.

Un message que nous avons réussi à faire passer au Parlement Européen avec notre communiqué envoyé la même semaine que l’évènement de relation-public des fourreurs, intitulé "This is a lie" “This is fur” qui s’est tenu au Parlement en janvier dernier.

D’autres actions sont programmées : Continuez à nous soutenir financièrement en faisant un don ! Rendez-vous sur notre page Clic Animaux et laissez vous guider ! Chaque € compte.

Merci d’avance <3

http://www.clicanimaux.com/cause-897-ferme-d-elevage-a-fourrure-decouvrez-la-video-choc

communiqué de presse.

Adieu à la fausse fourrure?

Une intense campagne contre la fourrure synthétique met 49 personnes à la rue.

 TISSAVEL, un fleuron du textile français et même un leader de la fourrure synthétique de luxe au niveau européen est en train de mettre la clef sous la porte.

Des problèmes de gestion ont été évoqués, mais la raison numéro 1 est une baisse dramatique de la demande, très probablement due à l’immense travail de sape réalisée par la filière « fourrure animale » afin de mettre à terre définitivement un de ses concurrents.

« Dans les grands magasins on ne trouve plus un seul manteau en fausse fourrure » s’insurge Léon Schrurs DG de TISSAVEL.

 Un tissu de mensonge bien orchestré.

Depuis de nombreuses années la filière de la fourrure animale a planté dans la tête des acteurs de la mode l’idée que la fourrure animale est un produit naturel issu d’une industrie écologique alors que la fourrure synthétique, diabolisé à souhait, serait un produit polluant issu de l’industrie pétrochimique !

 Et la pollution des élevages ?

Pourtant 6 000 élevages, rien qu’en Europe, participent pleinement à la pollution environnementale et au gaspillage des ressources naturelles. Une empreinte écologique bien supérieure à la fourrure synthétique.

 Un marché mis à mal.

Le coup de grâce de la filière fourrure à l’entreprise TISSAVEL vient probablement de cette nouvelle mode de proposer des fourrures véritables (principalement du vison) colorées de manière chimique afin de leur donner un effet « fausse fourrure ».

Du coup le chiffre d’affaire de TISSAVEL est passé de 100 Millions € dans les années 1990 à 8 millions € l’année dernière.

 Après avoir cautionné la mort douloureuse et inutile de 75 millions d’animaux par an, de participer à l’impact négatif sur l’environnement, voici désormais 49 salariés mis à la rue et un savoir faire français en voie de disparition.

 Tout aussi grave : les stylistes désireux d’utiliser de la fourrure sans cautionner la mise à mort d’animaux n’auront plus de choix si aucune solution n’est trouvée. Pour l’instant aucun repreneur ne s’est manifesté…


image

L’année dernière une jeune créatrice revisitait des modèles du fourreur fendi en version synthétique de luxe… Malgré les progrès de cette dernière, celle-ci reste boycottée par l’industrie de la mode au profit de la mise à mort de 75 millions d’animaux.


Mieux que l’écologie : l’éthique comme valeur refuge.

Lors d’une conversation récente (tendue) avec un membre de l’industrie de la fourrure naturelle, il m’a été conseillé, avec un certain aplomb, d’être plus rationnel et surtout d’apprendre à…me déconnecter de mes émotions. !

Un langage tristement symptomatique d’une époque émotionnellement déficiente.

Mais pourquoi avoir honte de ses émotions ? A l’heure du bilan carbone à tout va et de l’empreinte écologique calculée à toutes les sauces proposons de calculer enfin notre empreinte éthique.

Pourquoi ne pas calculer ce nouvel indice d’évolution sociétale en créant un bilan de non nuisance ?

image

(Gaga affirme aimer la fourrure ou comme le dit la légende “quand ta musique est merdique il faut trouver un moyen de te faire remarquer!”)

A ce calcul là,  plus pertinent que l’impact écologique, mais aussi plus risqué car moins facilement corruptible les fourreurs perdraient assurément des points.

Idem pour la presse féminine et le monde de la mode dans son ensemble !

En effet le bilan de l’été 2012 est lourd. La trêve estivale n’a plus lieu pour la fourrure. Ces deux derniers mois, sur la côté d’azur, on a pu voir des affiches invitant à la fur exhibition sponsorisée par Milady partout de Cannes à Monte Carlo.

Givenchy veut proposer des lunettes ornées de vison véritable. L’information qui tue a été relayée avidement par des blogs de modes pourtant très branchés “développement durable.”

Les stars mondiales, de l’horrible Gaga  à Vanessa Paradis, s’affichent en fourrure à la une des magazines et pensent qu’il suffit d’assumer un fait pour le rendre acceptable.

Puériles comme des enfants contrariés, elles prônent la liberté vestimentaire absolue mais la refusent pourtant sans pitié aux animaux enfermés dans des cages misérables avant d’être dépossédés de leur pelage.

Il est temps que les industriels de la mode, les stars et la presse féminine, qui pensent “green” mais voient rouge quand on parle de respect animal, fassent un réel examen de conscience et calculent sérieusement l’impact éthique de leurs comportements sur la nature et le monde animal.

 

 image

Nouvelle campagne d’affichage dans le métro parisien prévue en Septembre

Retourner à l’accueil : http://mercilamode2012.tumblr.com/

PPR dira t’il oui à une mode sans violence ?

Nous écrivons ce jour au DG du groupe PPR. N’hésitez pas de votre côté à re-envoyer cette lettre sur le formulaire du groupe PPR http://www.ppr.com/fr/contacts

Voici notre lettre :

OBJET : Votre engagement pour une mode sans fourrure animale

Monsieur le Président Directeur Général,

Dans un publi-communiqué en date du 17 février 2012 paru dans les pages du Figaro, vous faites état de bénéfices records pour l’année 2011. Félicitations !

- Chiffre d’affaire de 12.2 milliards d’euros en hausse de 11%

- Résultat opérationnel courant en croissance de 17%

- Résultat net part du groupe en progression de 26%

- Dividende par action de 3,50 Euros.

Parmi les fleurons de votre groupe, se trouvent de nombreuses marques faisant un usage intensif de fourrure animale, ou encore de cuirs exotiques.

Toutes ces fourrures, provenant d’animaux d’élevage, représentent une somme de souffrance colossale, et notre réseau d’associations de protection animale s’inquiète.

Vous le savez, il n’y a pas de fourrure sans mise à mort, pas d’élevages sans souffrances.

Ces derniers contreviennent toujours gravement aux besoins physiologiques des animaux, parmi lesquels : le besoin, pour le renard, de courir sur de nombreux kilomètres chaque jour ; pour les visons, l’environnement semi-aquatique et sa nature très sociable. Tous ces animaux vivent en cage et finissent gazés ou électrocutés.

Les reptiles, prisés pour la maroquinerie, sont eux prélevés sur leur milieu naturel, puis gonflés par l’introduction de tuyaux d’arrosages afin d’étaler au maximum leur peau.

Ce ne sont que quelques exemples d’une liste de pratiques cruelles de l’industrie de la fourrure.

Nous avons cependant le plaisir de trouver, dans votre groupe, Stella Mac Cartney. Comme vous le décrivez, la créatrice anglaise est très engagée dans l’écologie, refuse toute pièce animale au profit des matières synthétiques et écologiques. C’est un exemple sans équivalent dans le monde de la mode.

Vous accordez une grande importance à l’impact environnemental de votre activité. Pourquoi ne pas avoir un regard plus global, plus cohérent, en accordant également une place au respect et à l’éthique ? Votre bilan en serait toujours plus amélioré.

Il est aujourd’hui souhaitable de s’affranchir de l’utilisation de matières animales. Vous avez le pouvoir d’influer sur les marques prestigieuses de votre groupe pour que cesse la souffrance animale.

Nous pensons que cet engagement responsable, moderne, grandirait l’image du groupe PPR.

Merci de vous prononcer sur cette dimension éthique en nous retournant vos réflexions.

Au plaisir de vous lire,

Julie Lescieux Animavie, Réseau fédérateur au service des associations pour la cause animale.

Le blaireau, est une espèce en voie de disparition. cette espèce méconnue fait actuellement l&#8217;objet d&#8217;une campagne de sensibilisation grâce à l&#8217;édition d&#8217;une brochure &#8220;vive le blaireau&#160;!&#8221; (disponible auprès des associations Aspas et Meles).
Cela n&#8217;empêche pas la &#8220;créatrice&#8221; Bouchra Jarrar d&#8217; utiliser des fourrures de blaireau dans sa dernière collection&#160;! Pourtant, un résultat similaire d&#8217;un point de vue esthétique aurait pu être obtenu avec un matière synthétique haut de gamme&#8230;.
Nous allons écrire à la créatrice très bientôt&#8230;
(pour plus d&#8217;information, cliquez sur la photo)

Le blaireau, est une espèce en voie de disparition. cette espèce méconnue fait actuellement l’objet d’une campagne de sensibilisation grâce à l’édition d’une brochure “vive le blaireau !” (disponible auprès des associations Aspas et Meles).

Cela n’empêche pas la “créatrice” Bouchra Jarrar d’ utiliser des fourrures de blaireau dans sa dernière collection ! Pourtant, un résultat similaire d’un point de vue esthétique aurait pu être obtenu avec un matière synthétique haut de gamme….

Nous allons écrire à la créatrice très bientôt…

(pour plus d’information, cliquez sur la photo)